Créer des emplois en baissant les salaires ?, par Michel Husson

vendredi 17 avril 2015
popularité : 10%

Les éditions du Croquant ouvrent une nouvelle collection, Detox. Comme le titre le suggère, elle se propose de porter remède à « l’intox » quotidienne des médias et de leurs « experts » patentés, sur tel ou tel sujet économique, social ou culturel d’« actualité ». On sait que ces sujets sont nombreux ! Pour ouvrir la collection, nous publions un livre de Michel Husson, dont voici la présentation :

JPEG - 3.9 ko

Depuis plus de vingt ans, les baisses de « charges » (et du Smic) sont présentées comme le remède miracle au chômage, et sont mises en oeuvre sans résultat significatif. Les « chiffres » qui légitiment une telle orientation sont obtenus à partir d’études mobilisant les techniques économétriques les plus sophistiquées permettant de les extraire de la « gangue » des données statistiques : « Ça marche, ça crée des emplois […] On a trouvé ça dans les résultats de l’Insee » déclarait Jean-Paul Raffarin en 2002.

Mais ces études sont fragiles et constituent un véritable bric-à-brac méthodologique qu’aucune enquête de terrain n’est venue illustrer. Elles sont pourtant à l’origine d’une chaîne de production qui va des modèles théoriques aux recommandations, en passant par les stratégies d’estimation économétrique.

Ce petit livre se propose d’expertiser ces travaux et de montrer que leur processus de production n’est pas neutre, mais qu’il est marqué par les présupposés théoriques des économistes et par leur insertion dans le champ institutionnel.

Il faut donc en passer par cette discussion technique pour « déblayer le terrain » et réfléchir sur les voies de sortie du chômage de masse. Michel Husson est un économiste critique (et atterré), chercheur associé à l’IRES (Institut de recherches économiques et sociales). Ses travaux portent notamment sur l’emploi et l’économie de la zone euro. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Le capitalisme en 10 leçons, La Découverte, 2012.

Ce livre est paru. On peut l’acquérir :

- de préférence (c’est financièrement plus avantageux pour l’éditeur) : en envoyant un chèque de 9 € à l’ordre de l’Association pour le soutien de l’édition indépendante (APSEI) à l’adresse de celle-ci : APSEI, 281, Bld Raspail, 75014 Paris

- sur le site du Croquant en réglant par carte bancaire (9€ pour la version papier, franco de port, 7€ pour la version électronique-PDF) ;

Une recension de ce livre :

https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2015/05/21/mais-qui-donc-evaluera-ces-evaluateurs/

L’avis de Gilles Raveaud (Alternatives économiques, juin 2015) :

Gilles Raveaud, Alternatives économiques n°347, juin 2015

Michel Husson nous conte l’histoire de l’analyse du chômage par les économistes dominants depuis 30 ans. Pour eux, le chômage a une source principale : le coût trop élevé du travail. Comme réduire les salaires est politiquement difficile et que ce n’est pas l’Etat qui fixe le niveau des rémunérations, les économistes néoclassiques ont trouvé la parade : réduire les « charges » sociales. Si cela marchait, ce serait formidable : le chômage reculerait, tout en préservant le pouvoir d’achat des salariés. Las, montre Husson de façon détaillée (et parfois technique), les études se contredisent, certaines produisent des résultats fantaisistes, et surtout les créations d’emplois à attendre sont grossièrement surestimées. Et tous ces auteurs sont incapables d’expliquer les deux millions d’emplois créés entre 1997 et 2002, alors que le recours aux 35 heures donne une partie de la réponse.

Au final, l’ouvrage procure une fine analyse du fonctionnement du champ des économistes, de sa propension au consensus et à l’exclusion des voix dissidentes, de sa fascination pour l’économétrie, et de la proximité de certains de ses membres avec le pouvoir. Seul regret : que l’auteur n’ait pas développé ses deux pistes pour lutter contre le chômage, la réduction du temps de travail et la création d’emplois publics.


Navigation

Articles de la rubrique