Frédéric Pierru. Hippocrate malade de ses réformes

mercredi 25 avril 2007
popularité : 54%

JPEG - 4.4 ko Le fait serait indiscutable : le système de santé français connaîtrait une crise profonde et, malgré un trou de la Sécu qualifié d’« abyssal », il ne garantirait pas un accès de tous à des soins de qualité. Et les gouvernements successifs, les experts et les journalistes de stigmatiser l’« exception française » pour mieux ériger en modèles nos voisins européens qui, eux, auraient eu le courage d’engager des « réformes difficiles mais ô combien nécessaires ».

Un examen rigoureux et honnête des exemples étrangers montre qu’il n’y a pas d’exception française. Tous les systèmes de santé sont peu ou prou déclarés « en crise » afin de légitimer des réformes qui vont dans le sens de la privatisation et de la libéralisation, avec les encouragements de l’Union européenne et de l’OCDE.

L’un des paradoxes les plus frappants réside dans le fait que c’est le cancre des pays de l’OCDE, les Etats-Unis - dont le système de santé réussit la « prouesse » d’être le plus coûteux et le plus inégalitaire – qui inspire aujourd’hui les réformateurs.

Depuis le début des années 90, l’Etat ne cesse d’affermir son emprise sur l’assurance maladie. Toutefois, on aurait tort de penser que le système de santé français est à l’abri de la doxa réformatrice. Des voix s’élèvent, au sein du monde patronal, pour presser l’adoption de réformes, en écho à une poignée de hauts fonctionnaires et d’experts-économistes doués d’ubiquité.

L’ouvrage propose de réfléchir à ce que pourrait être une critique sociale vigoureuse en matière de santé. Elle passe par un triple refus : celui de l’économisme dominant ; celui de la posture réactive, qui, parce qu’elle dénonce le rationnement budgétaire des dépenses de santé, est conduite, malgré elle, à servir les intérêts économiques de la profession médicale et de l’industrie pharmaceutique ; le refus de ne voir dans les réformes qu’une affaire de bon sens gestionnaire. La critique sociale doit partir d’un constat simple mais radical : la santé est un enjeu social et politique avant d’être une question économique.

Docteur en science politique, Frédéric Pierru est sociologue, chargé de recherche au CNRS, membre du Centre Universitaire de Recherches Administratives et Politiques de Picardie (CURAPP). Ses publications portent sur la réforme des systèmes de santé européens, le tournant gestionnaire des politiques de protection maladie et la transformation des dispositifs de la santé publique en France.


Commentaires  forum ferme