Les classes populaires et le FN

lundi 13 mars 2017
popularité : 47%

PNG - 75.9 ko

Les votes FN ne forment pas un « électorat », mais « un conglomérat ». Dans ce « conglomérat » particulièrement volatile ne figure qu’un ouvrier sur sept, mais il inclut néanmoins une composante populaire qui n’est pas négligeable : plus de la moitié des votes FN se recrute chez les ouvriers et les employés (actifs ou retraités). Si ce vote FN d’une fraction des classes populaires – dont le premier parti est, et de loin, celui de l’abstention – ne surprend pas ceux qui les assimilent à la figure du « beauf » machiste et homophobe, raciste et xénophobe, il interpelle les autres. Les enquêtes ethnographiques rassemblées dans ce livre tentent d’élucider les raisons et les causes de ces votes populaires en faveur du FN. Que veut dire l’ouvrier ou la femme de ménage qui votent FN ? Un ouvrier qui vote FN est-il un « ouvrier raciste » et que signifie « raciste » dans son cas ? L’est-il au même sens qu’un aristocrate qui vote, lui aussi, FN ? Ces enquêtes portent à conséquences politiques : outre qu’elles invitent à rectifier la vision stéréotypée de « l’électeur FN », elles montrent que la lutte politique contre le FN peut prendre appui sur les contradictions latentes au sein de ce « conglomérat » pour travailler à son implosion.

Table des matières

Introduction

Première partie : Conglomérat électoral et ordre moral

« L’électorat » du Front National, par Patrick Lehingue

Front National : les contradictions d’une résistible ascension, par Daniel Gaxie

La promotion d’un nouvel ordre moral, par Louis Pinto

Deuxième partie : Espaces FN : du rural au péri-urbain

Comprendre les votes frontistes dans les mondes ruraux. Une approche ethnographique des préférences électorales, par Emmanuel Pierru et Sébastien Vignon

Classes populaires, habitat périurbain et votes FN. Retour sur quelques fausses évidences, par Violaine Girard

Troisième partie : Classes populaires et votes FN

Essor du FN et décomposition de la gauche en milieu populaire, par Julian Mischi

Les ouvriers et le FN. L’exacerbation des luttes de concurrence, par Stéphane Beaud et Michel Pialoux

« Je ne suis pas Le Pen, je vous rassure tout de suite ». Un couple d’ouvriers face à l’anomie du quartier et l’impunité des jeunes, par Stéphane Beaud et Michel Pialoux

Vote FN et « souci de respectabilité », par Gérard Mauger

L’attrait du FN sur les sapeurs-pompiers. « Tu crois qu’on s’intéresse à not’gueule ? », par Romain Pudal

Sur quelques votes FN de jeunes des classes populaires en banlieue parisienne, par Lorenzo Barrault-Stella et Clémentine Berjaud Thomas : « Entre nous, moi je les déteste les reubeus, les renois. Même

Quatrième partie : Héritages FN

Déclassement, ressentiment et vote FN ? Retour sur la trajectoire d’un jeune électeur frontiste, bachelier d’origine populaire, par Ivan Bruneau

Voter Front National au château, par Samuel Bouron et Maïa Drouard

Cinquième partie : Quelques impasses militantes

Contre l’ethnocentrisme militant. Un témoignage, par Willy Pelletier

Le football français « raciste » ? Critique d’un discours pseudo-progressiste, par Stéphane Beaud

Conclusion, par Gérard Mauger et Willy Pelletier


Portfolio

PNG - 237.8 ko