Michel Koebel. Le pouvoir local ou la démocratie improbable

lundi 16 janvier 2006
popularité : 19%

JPEG - 6.5 ko
Koebel

La décentralisation et l’enracinement local des hommes politiques devaient permettre de réduire la distance entre les élus et les citoyens. Or, depuis 30 ans, le recrutement du personnel politique local et sa professionnalisation accrue l’éloignent toujours davantage de ceux qu’il est censé représenter. Certains élus tentent d’y remédier en inventant de nouvelles formes de démocratie (« locale », « directe », « participative ») : dans la plupart des cas, elles ne font que reproduire les schémas existants. La procédure légale de référendum local est si verrouillée que son utilisation reste rarissime. Au sein des organes de décision, les oppositions sont vouées à l’impuissance tant les majorités dominent et contrôlent les délibérations. Quant aux conseillers majoritaires eux-mêmes, ils voient leurs propositions réduites à la portion congrue par le quarteron de ceux qui détiennent le pouvoir de décision. Comment, dans ces conditions, assurer une plus juste représentation des citoyens ?

Michel Koebel est docteur en sciences sociales et maître de conférences à l’université de Strasbourg. Il est membre de l’association Raisons d’agir.


Commentaires  forum ferme