Frédéric Lebaron. Ordre monétaire ou chaos social ? La BCE et la révolution néolibérale

lundi 25 septembre 2006
popularité : 18%

JPEG - 4.8 ko Placés symboliquement à l’écart de l’espace public, rendus invisibles par leur extra-terriorialité par rapport aux champs politiques nationaux, les membres du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne n’en sont pas moins aux avants-postes d’une véritable entreprise politique et économique.

Au nom de la stabilité interne et externe de la monnaie, ils sont les garants tatillons de la "modération salariale", attentifs aux moindres signes de "dérapage inflationniste" venus du monde du travail.

Si le "plein-emploi" ne fait pas partie de leur mission constitutionnelle, ils ne sont pourtant pas indifférents à la situation des salariés : la BCE anime aujourd’hui, sous le nom de "réforme structurelle", une entreprise de précarisation généralisée susceptible, selon elle, de rétablir un fonctionnement correct du marché du travail.

Obsédée par les effets désincitatifs de la fiscalité sur l’emploi, la BCE prône, plus largement, l’abandon rapide de l’Etat social au profit d’une adaptation aux lois de la mondialisation financière.

Cet ouvrage, qui s’appuie sur une sociologie des acteurs de la politique monétaire, propose de placer la BCE au centre des enjeux des politiques néo-libérales et de leurs alternatives en Europe.

Frédéric Lebaron est professeur de sociologie à l’université de Picardie Jules-Verne (Amiens), membre de l’Institut universitaire de France (IUF) et directeur du Centre universitaire de Recherches administratives et politiques de Picardie (CURAPP). Il a publié La Croyance économique (2000) ; Le Savant, le Politique et la Mondialisation (2003) ; et L’Enquête quantitative en sciences sociales (2006). Il est président de l’association Raisons d’agir depuis 1998.


Commentaires  forum ferme